Schistes : l’énergie chère va continuer à détruire des emplois en Europe

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’industrie en Amérique du Nord bénéficiera jusqu’en 2035 d’un avantage compétitif grâce à l’abondance du gaz et du pétrole de schiste. Trois tendances à retenir.

 Dans son rapport prospectif annuel, le World Energy Outlook, présenté ce mardi à Londres, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) insiste sur le fait que les cartes du jeu énergétique planétaire sont en train d’être profondément rebattues.

L’énergie durablement moins chère aux États-Unis. Même si les coûts de production du gaz de schiste ont remonté aux États-Unis depuis 2012, l’abondance de la ressource et l’augmentation continue du nombre de puits permettent aux prix de gros américains de rester trois fois moins élevés qu’en Europe et cinq fois plus bas qu’au Japon. Le gaz moins cher permet également aux États-Unis de produire une électricité meilleur marché. Selon l’AIE, les industriels européens et japonais paient leur courant deux fois plus cher que leurs concurrents américains. Surtout, «cet avantage compétitif va perdurer dans les vingt prochaines années», insiste Fatih Birol, l’économiste en chef de l’AIE, interrogé par Le Figaro. «Il y aura de lourdes conséquences économiques, les industries «énergie intensives» en Europe vont perdre des parts de marché à l’export, les conséquences pour l’économie européenne risquent d’être importantes», poursuit-il. Ces industries représentent un quart de l’emploi industriel sur le Vieux Continent. L’AIE ne voit pas l’Europe produire des hydrocarbures de schiste, en quantité significative, avant dix ans.

Le Golfe ne sera pas hors jeu. L’AIE annonce depuis quelques années la prochaine indépendance gazière des États-Unis. Phénomène plus récent, l’essor de la production de pétrole de schiste, en particulier dans le Dakota-du-Nord, est en train de réduire la dépendance énergétique américaine et risque de bouleverser la géopolitique mondiale. A partir de 2035, les États-Unis pourraient atteindre l’indépendance énergétique, prévoit l’AIE. Le rêve de Nixon se réaliserait un demi-siècle plus tard, Washington ne dépendrait plus du Moyen-Orient pour ses importations d’or noir. Pour autant, s’agissant du pétrole, Fatih Birol prévoit que la production nord-américaine plafonnera à partir de 2020. L’efficacité énergétique sera un paramètre essentiel pour parvenir à l’indépendance énergétique. Surtout, «nous ne partageons pas l’analyse selon laquelle le monde n’aura plus besoin du pétrole du Moyen-Orient», relève l’économiste. Le Golfe reste la principal réserve d’or noir facile à exploiter: un baril de pétrole coûte 10 dollars à extraire dans la région contre 80 dollars aux États-Unis, rappelle Fatih Birol. Les pays du Golfe resteront des fournisseurs essentiels pour l’Asie, moteur de l’économie mondiale.

L’Inde, nouvel ogre énergétique. A force de parler, d’année en année, de l’appétit énergétique de la Chine, on en finirait presque par oublier l’autre géant asiatique. Selon l’AIE, dès 2020, la demande indienne sera le principal moteur de la croissance de la consommation mondiale d’énergie. L’Inde sera à cette date le premier importateur de charbon. «Dans dix ans, résume Fatih Birol, il y aura plus d’Indiens que de Chinois».

source:http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/12/20002-20131112ARTFIG00321-schistes-l-energie-chere-va-continuer-a-detruire-des-emplois-en-europe.php

Bus 2 Production oferece curso de francês em 1 ano em dupla no Rio de Janeiro, Centro – Cinelândia, tijuca, zona sul, RJ,  com duração de 1 ano. mensalidades a partir de R$ 249,00 cada, até o final da promoção. Ideal para quem pensa estudar no exterior sem preocupação. Professores nativos. Francês facil e rapido, é na Bus 2! Tel: 21 3734 5957.

Share on FacebookShare on Twitter+1Pin it on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr