Que boire avec des spaghetti Bolognaises?

março 26, 2013 em Uncategorized por Bus 2 Production

 Publié le 12/03/2013 par 

Photo : Fotolia /Dusk
Des sauces bolognaises, j’en ai dégusté de toutes sortes et de toutes origines : aucune n’a jamais seulement approché celle que prépare ma mère dans notre maison de Limbiate, près de Monza, en Lombardie. Elle commence par faire revenir ensemble, dans du vin rouge, trois sortes de viandes hachées (porc, veau et surtout boeuf). Puis, dans une casserole, elle place des oignons coupés en rondelles, du céleri, des carottes, des tomates pelées avec leur jus, un peu de concentré de tomate, un peu d’huile d’olive (indispensable pour que les ingrédients n’attachent pas ; elle en remettra encore en fin de cuisson, mais cette fois pour ses saveurs), et elle ajoute la viande déjà revenue. Trois heures de mijotage au moins : c’est le premier secret. Viandes et légumes doivent en effet absorber le liquide jusqu’à obtenir une sauce bien liée. Puis elle fait cuire ses spaghettis dans beaucoup d’eau, mais les retire du feu avant même qu’ils soient al dente : c’est le deuxième secret. Le troisième : elle verse les pâtes bien égouttées dans la casserole de sauce afin qu’elles s’en gorgent en achevant de cuire. Pour la seule préparation de cette bolognaise, il faut environ 3 heures; ma mère en confectionne donc pour la semaine entière et la garde au réfrigérateur.

Elle n’hésite pas non plus à ouvrir des conserves si elle ne dispose pas de tomates fraîches. En revanche, elle ne verse jamais d’huile dans l’eau de cuisson des pâtes sèches (solution préconisée pour les seules pâtes fraîches, qui sans cela pourraient coller) : elles n’absorberaient plus la sauce. Face au vin, c’est évidemment la bolognaise qui va compter plus que les spaghettis, même si la texture de ceux-ci va tenir son rôle. Il nous faudra donc un vin de bonne puissance, avec des tannins et de la vivacité pour équilibrer le gras de l’huile d’olive. Pour un repas de fête, je choisirai un chianti assez jeune du Domaine Fonterutoli : superbement aromatique (cerise, sauge, prune), il révèle en bouche une belle générosité. Cela fera un mariage très harmonieux et tout en douceur. Pour son exceptionnel rapport prix-plaisir, je retiendrai l’IGT Sangiovese di Toscana du Domaine Fonterenza : c’est un vin de plaisir, avec un nez qui évoque les fleurs rouges (rose, violette) et une bouche très ronde et très friande. Il s’entendra bien avec nos spaghettis. Et pour rester en France, j’irai vers un Côtes-du-Rhône méridional à dominante degrenache. Celui qu’élabore le Domaine Charvin, à Orange, est à la fois bien structuré et très gourmand: il épousera sans peine la puissance du plat.

MA SÉLECTION

En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o33215-accord-mets-vins-que-boire-avec-des-spaghettis-bolognaise#ixzz2OeRWJTha

 

Share on FacebookShare on Twitter+1Pin it on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr